Les jeux de l'amour et de la mort

Publié le par mrs pepys

fred vargas-logoLe désormais classique "Découvrons un auteur" de Pimprenelle met ce mois-ci Fred Vargas à l'honneur. Même si cela fait bien plus de 10 ans que j'ai découvert cet auteur et ses œuvres, je ne pouvais manquer ce rendez-vous. Il a fallu bien chercher pour dénicher un roman de Vargas que je n'avais pas encore lu. Comme les deux essais Petit Traité de Toutes Vérités sur l'Existence et Critique de l'anxiété pure avaient d'ores et déjà été dévorés, ce n'est qu'au terme d'une petite enquête qu'a surgi un titre inconnu : Les jeux de l'amour et de la mort, son premier roman.

 

Il s'agit ici d'une œuvre qui ne met pas encore en scène les personnages fétiches de Vargas – l'incontournable commissaire Adamsberg ou les Evangélistes de Debout les morts. Le héros est Thomas Soler, un peintre en mal de reconnaissance. Pour percer enfin, il décide de se rendre à une soirée plus que privée, organisée en l'honneur d'une célébrité de la peinture contemporaine, Robert Samuel Gaylor. Loin de réussir à atteindre son but, Thomas Soler se trouve pris dans une sombre affaire criminelle : il découvre un cadavre dans le bureau de son hôte, et est très vite suspecté, sans compter que la vie du grand Gaylor semble à son tour en danger. Au gré de multiples retournements, l'enquête progresse, et réserve moult surprises au lecteur.

 

Découvrir Les jeux de l'amour et de la mort après la lecture des autres œuvres de Vargas ne peut jouer en faveur de ce roman. Si l'intrigue est bien construite et ménage un suspense fort appréciable, il n'en demeure pas moins que l'écriture est moins aisée qu'elle ne le devient par la suite. On prend plaisir à suivre des personnages qui suscitent la sympathie - même quand ils ne sont pas ce qu'ils prétendent être. Ce fut une lecture agréable, d'un premier roman où tous les ingrédients qui font un bon polar sont réunis. On reste néanmoins un peu sur sa faim lorsqu'on le compare à ses successeurs. A conseiller à ceux qui découvrent véritablement Fred Vargas, ou à ses inconditionnels lecteurs.

 

Les jeux de l'amour et de la mort, Fred Vargas, 1986.

Publié dans policier - thriller

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F


ah, le billet d'une experte !!! C'était mon tout premier Vargas, et j'ai bien apprécié... J'aime bien lire les 1ers romans des auteurs, où on sent le potentiel (quand ce n'est pas déjà tout
simplement génial). Je note donc le titre !



Répondre
M


Experte, je ne sais pas. Mais fan au long terme, certainement.



L


Je ne connaissais pas celui-ci. J'ai lu pour ma part, L'homme aux cercles bleus, le 1er de la série avec Adamsberg



Répondre
M


L'homme aux cercles bleus ne fait pas forcément partie de mes favoris, même si cela reste une lecture sympathique.



D


je ne connaissais pas ce titre mais je ne suis pas sûre de vouloir le lire... j'aime trop adamsberg!



Répondre
M


Et les évangélistes, alors ? J'adore Lucien et ses répliques à l'emporte-pièce.



C


Je ne conseillerais pas ce titre à ceux qui n'ont jamais lu du vargas... ils risqueraient d'être déçus et de ne plus vouloir en lire, car il faut bien le dire, il est quand même un peu différents
des autres, avec des personnages autres ! mais pour les inconditionnels comme moi, ou la réputation de vargas n'est plus à faire, trés certainement !!!!!



Répondre
M


Bien résumé, chère inconditionnelle.



K


Ahhh .. un livre de Vargas où l'on ne fait pas mention de Adamsberg et Danglard pourrait être intéressant aussi ... je note



Répondre
M


Ah ! ce cher Danglard, et sa petite bouteille de blanc.