Le Livre d'Hanna

Publié le par mrs pepys

 

couvhanna      Troisième rendez-vous pour le défi Les Douze d'Ys. Au programme ce mois-ci, la catégorie "Australasie".

 

      Une célèbre Haggadah vient de réapparaître, alors qu'on la croyait perdue à jamais dans les incendies qui ont réduit en cendres les bibliothèques et les musées de Sarajevo. Pour l'authentifier et lui apporter les soins nécessaires avant son retour à la lumière, c'est au docteur Hanna Heath que l'on fait appel. La jeune Australienne, émue et honorée de se voir confier cette sublime tâche, prélève de minuscules indices, qui racontent l'histoire de ce livre sacré et de ceux qui lui ont fait traverser les siècles. D'Al Andalus basculant aux mains des souverains chrétiens à la Yougoslavie déchirée par les conflits, en passant par Venise, on découvre le destin fabuleux de la Haggadah de Sarajevo.

 

      L'intrigue de ce roman est de celle dont il vaut mieux ne pas trop dévoiler, au risque de gâcher le plaisir du lecteur. Le récit contemporain de l'héroïne alterne avec les différents épisodes clés de l'histoire de la Haggadah. Cette construction enchâssée attise la curiosité du lecteur soucieux du devenir de l'héroïne, en même temps qu'elle le réjouit de courts récits indépendants les uns des autres, à des époques variées (du XVe siècle à la Seconde Guerre mondiale), dans des contextes historiques présentés avec soin, un peu à la manière des contes des mille et une nuits. Ces chapitres consacrés à l'histoire de la Haggadah sont ceux qui présentent le plus d'intérêt, à la fois par leur exotisme et par la réflexion que tous proposent sur les relations entre les différentes religions, sur la place du judaïsme en Europe en particulier (comme l'exprime davantage le titre original, People of the Book). L'enquête menée par l'héroïne pour mieux comprendre le livre qu'elle a eu en mains est plus convenue. Elle est surtout allongée de péripéties familiales dispensables (les liens qui l'unissent à sa mère, surtout). On a souvent hâte d'en finir avec l'exploration de la généalogie du docteur Heath ou avec ses hésitations amoureuses pour revenir aux chapitres qui font voyager dans le temps. Les personnages, pourtant éphémères, parfois à peine ébauchés, de ces récits n'en sont que plus sympathiques.

      Ce fut donc une lecture plutôt agréable, où le romanesque se mêle avec brio aux faits réels. Si la Haggadah de Sarajevo existe bien, les récits éclairant sa réalisation et sa survie aux différents drames subis par les juifs d'Europe ont été forgés de toutes pièces par l'auteur, au prix d'un intense travail de recherche historique. J'ai apprécié le recours à l'imagination pour pallier les lacunes scientifiques. J'aurais d'ailleurs volontiers ajouté quelques étapes à ce voyage, en remplacement des rebondissements finaux du roman. Et je suis curieuse de voir comment l'auteur a eu recours à ce même procédé de mélange entre histoire et fiction dans son premier roman, La solitude du docteur March.

 

Le Livre d'Hanna, Geraldine Brooks, 2008.

 

2012

Commenter cet article

Enigma 20/03/2012 12:56


Je note! mais je le lirai pas dans mes priorités^^

mrs pepys 22/03/2012 13:57



Noté, c'est déjà pas mal...



Valérie 13/03/2012 16:37


Ah, tu n'es pas super enthousiaste quand-même. 

mrs pepys 17/03/2012 09:30



Effectivement, ce n'est pas un livre que je relirai vingt-cinq fois, mais il vaut la peine d'être découvert.



Anne et ses passions 12/03/2012 10:21


A un moment donné, j'ai eu envie de le lire et puis, je ne sais pas pourquoi j'ai laissé tomber !! Certainement que je n'ai pas lu assez d'articles me donnant envie de réparer cet abandon !!

mrs pepys 17/03/2012 09:28



Ce n'est pas exactement un chef d'oeuvre, mais on passe un bon moment. Un peu comme avec le Treizième conte.