Vango

Publié le par mrs pepys

            couvfombelleLe roman s'ouvre sur une cérémonie d'ordination, au pied de Notre-Dame. Très vite la situation s'emballe et voilà le héros en pleine escalade de la cathédrale parisienne pour échapper à la police ainsi qu'à un tireur embusqué. En ce printemps 1934, Evangelisto Romano, que tous appellent Vango, se trouve une nouvelle fois contraint de fuir, sans savoir qui est à ses trousses, ni vers qui se tourner. Ce premier tome, sous-titré "Entre ciel et terre", permet de faire connaissance avec Vango, grâce à de multiples retours dans le passé, qui conduisent au cœur des îles éoliennes où il a passé une partie de son enfance en compagnie de Mademoiselle, sa nourrice polyglotte, mais aussi sur les rives du lac de Constance où il fut envoyé pour découvrir le monde. Les périples de Vango s'enchaînent encore après sa fuite parisienne, de l'Allemagne aux premières heures du nazisme, d'où il s'enfuit à bord d'un zeppelin, à l'Ecosse, en passant par un monastère invisible en Italie. Vango est donc un magnifique roman d'aventures, où le lecteur n'a guère le temps de s'ennuyer.

 

            Derrière les nombreuses péripéties traversées par le héros se dessine aussi un roman d'éducation. Vango est un personnage très mystérieux, dont les origines sont inconnues du lecteur comme du jeune homme lui-même. De ses racines familiales ne lui reste qu'un mouchoir brodé de ses initiales et de la devise "Combien de royaumes nous ignorent". Adolescent aux maints talents – apprivoiser les hirondelles et grimper comme un singe sur toutes les surfaces, entre autres –, Vango est romantique en diable. Et il ne manque pas de séduire tous ceux qu'il approche, des adultes taciturnes aux jeunes filles en deuil.

 

            Les chapitres se dévorent plus qu'ils ne se lisent. L'intrigue tient en haleine, et la déception est inévitable lorsque la dernière page annonce un deuxième tome à venir. La lecture est d'autant plus agréable que Timothée de Fombelle manie la plume avec finesse. Si la mélancolie est souvent présente – et l'écriture glisse alors vers la poésie, le ton peut aussi être drôle ou absolument dramatique. Il s'agit là d'un bel ouvrage destiné au lectorat adolescent, plutôt averti cependant en raison des multiples changements de lieu et des retours en arrière qui sont susceptibles de perdre en route les lecteurs moins concentrés. Il saura sans conteste tout autant conquérir les adultes.

 

Vango, Timothée de Fombelle, 2010.

Publié dans littérature jeunesse

Commenter cet article

100choses 31/05/2010 15:44



Encore un livre très tentant. Je crois que pour la santé de ma wish-list, il fat que j'arrête de faire le tour des blogs! lol



mrs pepys 02/06/2010 17:57



Une wish-list en bonne santé est forcément très longue !



Thalie 30/05/2010 17:36



Et bien pour ma part, je n'ai pas du tout accroché. J'avais beaucoup aimé le dyptique Tobie Lolness et Céleste ma planète qui sont très poétiques. Mais Vango, pas du
tout, trop de personnages, trop d'effets de suspense, non, j'ai essayé de m'accrocher mais en vain...


En revanche la Douane volante de François Place est incroyable, très littéraire et surprenant.



Anne Sophie 29/05/2010 10:16



je l'ai dans ma pal, on me l'a conseillé, et j'en salive d'avance ;)



Stephie 28/05/2010 19:13



Si je n'étais pas débordée, je t'aurais demandé de me le prêter ;)



Ys 28/05/2010 10:17



J'ai aimé sa précédente série, ce premier tome est dans ma PAL mais ne m'avait pas encore tentée. Je l'emènerai peut-être en vacances, surtout s'il peut plaire à toute la famille.