Une brève histoire du tracteur en Ukraine

Publié le par mrs pepys

            couvtracteurQuand son père de quatre-vingt-quatre ans lui annonce qu'il a décidé de se remarier, Nadia balance entre espoir de le voir accompagné pour ses vieux jours et doutes. C'est que la fiancée en question n'a pas quarante ans, qu'elle cherche à s'installer au Royaume-Uni à tout prix et que son père vante exclusivement sa poitrine généreuse. Se rabibochant avec sa sœur Véra, Nadia s'emploie d'abord à éviter que le mariage n'ait lieu, puis à en gérer les conséquences encore plus négatives qu'elle ne le craignait. Ce faisant, elle découvre des pans cachés de l'histoire familiale et seconde son père dans la rédaction de son œuvre majeure, une histoire du tracteur.

 

            Le titre est des plus intrigants, et pourrait même venir à bout de la curiosité d'un lecteur frileux. Mais à peine a-t-on commencé ce roman qu'on se laisse happer par les aventures rocambolesques de cette famille d'immigrés ukrainiens. Une vaste palette d'émotions assaille le lecteur. Le père de l'héroïne et narratrice, Nadia, suscite autant de sourires (voire d'éclats de rire) que de pitié. On ne peut ni totalement le plaindre, ni vraiment le blâmer. A la fois fragile et borné, il multiplie les frasques, au gré desquelles est construite l'intrigue. De chapitre en chapitre, on se demande quelle nouvelle idée saugrenue va lui passer par la tête. Et surtout, comment ses filles, Nadia en tête, vont réussir à le sortir de la mélasse dans laquelle il s'est fourré.

           Si le ton est souvent léger, Marina Lewycka n'en aborde pas moins des sujets délicats, à commencer par l'émigration des habitants des pays d'Europe de l'Est. Elle relève bon nombre d'aspects de la question, évoquant les motivations plus ou moins recevables des candidats à l'installation en Angleterre comme la vision faussée qu'ils peuvent avoir des pays capitalistes de l'Ouest européen. Quant aux sentiments ambivalents des natifs du pays d'immigration, ils apparaissent dans les doutes et les revirements de Nadia : ses opinions politiques la poussent à soutenir les migrants, alors que ses intérêts personnels et familiaux la font batailler contre un système qui lui semble trop permissif. C'est sa curiosité qui permet aussi à l'auteur d'évoquer les convulsions historiques de l'Ukraine du début du XXe siècle.

           Ce roman est un régal. Il assure un bon moment de détente et entraîne une réflexion sur la question de l'immigration. J'espère de tout cœur que Deux caravanes, qui se trouve dans ma PAL, se révèlera aussi jubilatoire.

 

Avec cette lecture, j'approche - in extremis - de la fin du challenge Petit Bac (catégorie objet).

 

Une brève histoire du tracteur en Ukraine, Marina Lewycka, 2005.

 

challenge-petit-bac p

Commenter cet article

Matilda 13/01/2012 10:01


Je ne savais pas que ce roman avait été traduit ! J'avais commencé de le lire en anglais quand j'étais en fac et j'avais beaucoup aimé ! Mais ensuite j'ai du le rendre à la bibli. et je ne l'ai
jamais fini du coup. Faut vraiment que je le retrouve.

mrs pepys 18/01/2012 14:25



Tu peux même le trouver en poche !



Stephie 27/12/2011 19:34


Je l'ai lu il y a un petit moment et j'avais littéralement adoré ! Joyeuses fêtes, miss ;)