Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom

Publié le par mrs pepys

couvtom               Du haut de ses onze ans, Tom assume le rôle d'homme de la maison auprès de sa mère, Joss, qui n'a qu'un peu plus du double de son âge. Ils vivotent dans un mobile-home, des maigres revenus de Joss et des excursions de Tom dans les jardins alentours. C'est en faisant son "marché" que Tom porte secours à Madeleine, étendue au milieu des choux depuis de nombreuses heures. Et ainsi également qu'il s'attire la sympathie d'un couple de retraités qui découvrent la vie rurale. Tom grandit au gré de ces rencontres, qui rendent la vie plus agréable.

 

Barbara Constantine aborde ici des thèmes souvent douloureux, comme, entre autres, la vieillesse, la réinsertion après la prison, la précarité, la grossesse précoce. Mais point de ton pleurnichard ou moralisateur. Tout est présenté sous un jour positif, d'un style léger, souvent drôle. Le récit est prétexte à la rencontre de personnages qui incarnent un groupe social d'aujourd'hui, des portraits où l'humour laisse entrevoir quelques stéréotypes. Le couple de retraités, contraints de fuir la ville pour des raisons financières, mais qui deviennent finalement des jardiniers de compétition – sans exceller en cuisine – est absolument impayable. La petite vieille, qui perd la tête mais qui a le cœur sur la main, est à la fois attachante et agaçante. Mais Tom, le héros, reste le personnage le plus sympathique, avec ses hésitations de gamin craignant la Ddass autant que les torgnolles de sa mère, avec ses rêves de glaces italiennes et ses rêveries au bord de la rivière. Il porte sur ses fêles épaules bien des  responsabilités, et en particulier celle de cheville ouvrière du roman. C'est grâce à lui que se croisent, se disputent et finissent par s'aimer – dans un enchaînement de circonstances pas toujours très vraisemblable, mais est-ce vraiment important ? – tous les adultes qui l'entourent.

 

Voici un roman qui se dévore à pleines dents, comme les tomates du petit Tom. Un ode faite à la bonne volonté et au système D, comme seules solutions face aux difficultés du quotidien et aux mauvaises surprises que réserve parfois la vie. Une lecture revigorante, due aux bons soins de Leiloona qui a fait de son Tom, petit Tom,… un livre voyageur.

 

Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom, Barbara Constantine, 2010.

Commenter cet article

matilda 26/01/2012 17:38


Je viens de le lire et c'est mignon itou, mais je suis quand même restée un peu sur ma faim. Je vouyais encore des pages dans mon bouquin et je tourne la dernière pour découvrir qu'elles toutes
blanches. je m'attendais à plus que la fin en fait...


Ce n'est pas une déconvenue, mais ce n'est pas un coup de coeur non plus ; loin de là.

mrs pepys 29/01/2012 13:56



J'ai l'impression que c'est une caractéristique des romans de Barbara Constantine de terminer par une ouverture qui laisse au lecteur une part du travail.



Leiloona 01/06/2010 08:22



Je suis désolée, je suis en retard dans la lecture des blogs ...


Je suis contente de lire qu'il t'a plu !


J'aime bien ta comparaison avec les tomates !



mrs pepys 02/06/2010 17:59



Encore merci d'en avoir fait un livre voyageur.



lancellau 27/05/2010 12:18



Comme j'ai aimé ce roman!! Un texte et une histoire à savourer!!



Sandrine 26/05/2010 14:24



J'ai lu d'autres très bonnes critiques de ce livre, et j'aime beaucoup ce titre aux allures de comptine.



lasardine (la ronde des post-it) 23/05/2010 23:15



comme Stephie, j'ai adoré!!!