Prodigieuses créatures

Publié le par mrs pepys

            couvcreaturesDans les premières années du XIXe siècle, il ne fait pas bon être une vieille fille à Londres. C'est ce qu'apprend Elizabeth Philpot lorsque son frère se marie. La voici contrainte de s'installer, avec ses deux autres sœurs célibataires, dans une ville de la côte. Séduite par les fossiles qui abondent à Lyme Regis, elle parvient à convaincre ses sœurs d'y élire domicile. Au hasard de ses premières explorations, Elizabeth fait la connaissance d'une adolescente adepte de la chasse aux fossiles, Mary Anning. Elle se prend d'amitié pour la jeune fille et, très vite, les deux passionnées arpentent de concert les plages du Dorset à la recherche de "curios". Au fil des années, elles font d'extraordinaires découvertes et partagent leurs connaissances – théoriques pour Elizabeth qui lit avec ferveur les écrits des savants de son temps, pratiques pour Mary, dotée d'un sens inné pour repérer, reconnaître et extraire les fossiles. Leur amitié se renforce en dépit des différences sociales, des jalousies, des brouilles même.

 

            En retraçant, à grands traits et de manière romancée, l'histoire de Mary Anning et Elizabeth Philpot, deux personnages réels, Tracy Chevalier rend hommage à ces femmes qui se sont efforcées de braver leur condition. Toutes deux luttent pour parvenir à se faire entendre dans un univers scientifique exclusivement masculin. Quelles que soient leurs qualités personnelles et l'importance de leurs découvertes, l'une comme l'autre se voient refuser l'entrée dans le cercle des géologues et autres paléontologues. Si le fossile offert par Elizabeth au British Museum est exposé, seul son nom, sans mention de sa féminité, est indiqué et elle se voit refuser l'entrée de la Geological Society. Les chasseurs de fossiles se précipitent à Lyme Regis pour écouter les conseils de Mary Anning, pour observer ou acquérir les squelettes qu'elle extrait, mais ils s'attribuent ensuite sans vergogne son savoir et ses découvertes. Quelques douloureuses que puissent être ces frustrations, Mary et Elizabeth ont néanmoins conscience de la liberté dont elles jouissent. Elles n'ont ni l'une ni l'autre de mari qui leur dicte leur conduite, les confine à la maison au lieu d'arpenter les plages. Elles sont libres de vouer leur existence à leur passion et profitent de ces moments où les hommes viennent recueillir leur précieux savoir. Dans le cas de Mary, cette indépendance se double d'une petite ascension sociale. Issue d'une famille toujours à la merci de l'hospice des pauvres, son activité lui permet d'accéder à une vie plus confortable avec sa mère, et à son frère d'apprendre un métier qui lui offre la respectabilité.

            Au-delà de la réflexion sur la société britannique, Tracy Chevalier parvient à rendre passionnante la chasse aux fossiles. Le lecteur se familiarise avec cette science, son vocabulaire et les questions qu'elle soulève, en même temps que les héroïnes. Pour un peu, on irait feuilleter un ouvrage de paléontologie en refermant ce roman. Les querelles suscitées par les incompatibilités entre les découvertes de fossiles et les affirmations de la Bible comme du clergé sont habilement présentées, laissant entrevoir le terreau sur lequel est né le darwinisme.

            Un bémol cependant, dans cette lecture : l'histoire d'amour entre Mary et le colonel Birch qui, à mon sens, n'est pas indispensable. Elle ralentit la progression de l'intrigue scientifique et complique la relation entre les héroïnes sans que cela lui apporte grand chose de plus. L'unique intérêt de cette digression romantique est de montrer les limites de l'évolution sociale de Mary, et, peut-être, de faire un clin d'œil aux personnages de Jane Austen.

            Prodigieuses créatures est un roman captivant, qui sait faire naître l'envie de parcourir les plages britanniques comme les musées d'histoire naturelle.

 

Prodigieuses créatures, Tracy Chevalier, 2009.

 

Challenge histoire essai 1

Commenter cet article

CHRIS 13/12/2010 18:52



je viens de terminer ce bel ouvrage; je l ai lu en vacances ss les tropiques et je l ai imagine en film de Jane Campion tant il m a evoque La lecon de piano tant ds l ambiance ;les costumes; et
la lutte perpetuelle que devaient mener ces femmes qui avaient choisi leur vie en dehors du schema traditionnel.Que de chemin accompli pour nos 2 heroines si humbles et si vraies!! Je conseille
ce livre a ttes et tous; il permet de voyager; d apprendre; de rever !!!



Leiloona 26/10/2010 07:31



C'est son meilleur roman pour moi. Je me suis régalée lors de cette lecture.



mrs pepys 26/10/2010 10:05



Il faudra que j'en lise davantage de cet auteur, qui a réussi à me séduire.



Pauline 18/10/2010 08:22



Miam!!!!!!!



mrs pepys 26/10/2010 09:57







Penelope 16/10/2010 08:44



J'ai beaucoup aimé "la jeune fille à la perle" et ton avis me donne très envie de découvrir "Prodigieuses créatures"



mrs pepys 18/10/2010 06:27



Bonne lecture.



Pauline 12/10/2010 21:23



Je suis tout à fait d'accord avec le fait que l'histoire d'amour avec Birch ralentit l'intrigue. Mais tout comme toi j'ai adoré ce roman! J'attends donc le prochain Tracy



mrs pepys 18/10/2010 06:25



D'après son journal en ligne, elle y travaille. Elle nous plongera dans les années 1840 américaines.