Mitsuba

Publié le par mrs pepys

couvmitsuba.jpg     Il n'est pas tous les jours facile d'être shôsha-man, l'employé d'une sôgô-shôsha. Takashi Aoki a vu son père y laisser sa santé, mais cela ne l'a pas découragé. A presque trente ans, son entreprise prévoit de l'affecter dans sa succursale de Paris. Si l'offre est alléchante, elle n'arrange guère Takashi qui vient de rencontrer l'épouse de ses rêves, Yûko. Lors d'un rendez-vous au café Mitsuba, les deux amoureux se promettent l'un à l'autre. Mais la jeune femme est pleine de charme, ce qui n'a pas échappé au fils d'un des supérieurs de Takashi. Entre le cœur et les exigences sociales, il va être difficile de choisir.

 

     Une fois encore, après les cinq romans du Poids des secrets, Aki Shimazki enchante le lecteur. Dans un texte court (cent cinquante pages), elle réussit à créer des personnages profonds et humains, aussi bien qu'à ancrer son récit dans un contexte d'une incroyable précision. Les sentiments ont la part belle, pour le plus grand plaisir du lecteur qui ne peut qu'admirer la finesse avec laquelle l'auteur les dépeint. Mais ce qui occupe toute la place ici, c'est le carcan des exigences sociales dans la société japonaise du début des années 1980. Les contraintes sont manifestes autant dans les relations professionnelles, surtout hiérarchiques, que dans le cadre familial. Le respect du plus puissant ou du plus âgé apparaît poussé à l'extrême. Et qui refuse de s'y plier est immédiatement sanctionné. Le roman se construit autour d'un dilemme de taille : faut-il condamner la réussite sociale au profit d'un bonheur personnel et familial ? Pour connaître le choix des héros, il ne reste plus qu'à se plonger dans Mitsuba, qui n'est qu'un prélude puisque deux autres romans lui sont liés, Zakuro et Tonbo.

 

Mitsuba, Aki Shimazaki, 2006.

Commenter cet article

Karine:) 02/06/2012 04:59


Tu me rappelles que je dois terminer la série "Le poids des secrets"... mais c'est officiel que je lirai aussi cette trilogie. 

Michel 29/05/2012 22:03


Le charme opère, mais le lien entre ses trois nouveux romans est moins évident


mais l'écriture a toujours autant de charme