Le Club du suicide

Publié le par mrs pepys

           couvclub.jpgEn flânant à la bibliothèque, ce petit opuscule a attiré mon attention. De Stevenson me reste en mémoire la jubilation éprouvée à la lecture de L'île au trésor, étudié en classe de 6e et maintes fois relu depuis, puis la fascination suscitée par L'étrange cas du Dr Jekyll et M. Hyde. Il n'en fallait guère plus pour me décider.

            A Londres où il séjourne, le jeune prince Florizel a tendance à s'ennuyer. Il lui est régulièrement nécessaire, pour se fouetter le sang, d'explorer nuitamment la ville et ses quartiers interlopes, sous couvert des déguisements imaginés par son fidèle compagnon, le colonel Geraldine. Au hasard d'une de ces expéditions, les deux hommes sont invités, dans d'extravagantes circonstances, à faire leur entrée au Club du suicide. L'entreprise consiste, grâce à un jeu de cartes, à désigner une victime consentante et son meurtrier. Choqué par de telles pratiques, et malencontreusement amené à briser sa parole, le prince Florizel se donne pour objectifs de faire cesser ces pratiques et de châtier le responsable. L'entreprise se révèle plus périlleuse que prévu, conduisant le prince et le colonel Geraldine à se rendre en France ou à louer, pour une soirée, une maison.

            En un peu plus de cent pages, Stevenson réussit à créer une atmosphère aventureuse et à rendre sympathiques ses personnages. Quelques phrases lui suffisent pour appâter définitivement son lecteur. J'ai retrouvé, au cours de cette lecture, l'enthousiasme éprouvé lors de ma découverte de L'île au trésor. Derrière un apparent sérieux, l'ironie pointe à chaque phrase. Les multiples péripéties insufflent un rythme soutenu à l'intrigue, sans que la vraisemblance en soit trop égratignée. Les personnages secondaires, et en particulier les vilains, sont caricaturés juste ce qu'il faut pour colorer le récit.
Un régal, à dévorer sans complexe.

Le Club du suicide (extrait des Nouvelles mille et une nuits, Robert Louis Stevenson, 1882. 

Publié dans classiques

Commenter cet article

Lou 07/05/2012 15:20


J'ai vraiment adoré, la suite est excellente également, ainsi que le Maître de Ballantrae. J'ai fait des billets sur ces livres si jamais ça t'intéresse... et pourtant j'avais mal commencé avec
Stevenson ! :)

Meloe 23/01/2012 10:52


Tout comme Matilda, je n'ai pas trop aimé. En fait le premier texte m'a énormément plu, mais mon intéret est vite retombé...Le deuxième texte m'a profondément ennuyée. Quant au dernier, il a
finalement ravivé mon intéret.


Bref, une lecture pas désagréable, mais pas particulièrement enthousiasmante non plus. En revanche, j'ai beaucoup aimé l'adaptation en bande dessinée.

mrs pepys 25/01/2012 18:32



Un deuxième point pour l'adaptation BD.



soukee 22/01/2012 16:31


Une petite lecture que j'avais beaucoup aimée ! J'avais prolongé avec la lecture de l'adaptation BD chez Soleil, très chouette aussi !

mrs pepys 25/01/2012 18:30



Une adaptation BD, voilà qui me plaît ! C'est noté pour une prochaine virée chez Gibert.



Tiphanie 21/01/2012 13:40


Tiens je ne connaissais pas ce titre de Stevenson, je le note!

mrs pepys 25/01/2012 18:29



Les expertes conseillent de piocher directement dans les Nouvelles mille et une nuits pour plus vraiment se faire une idée.



Matilda 20/01/2012 14:22


Je j'ai pas trop aimé ce petit recueil, le prince Florizel me tapait sur le système, par contre si tu peux trouver Le diamant du rajah et La maison de la lande (ou de la dune je ne sais plus),
c'est vraiment excellent. Enfin tout ça fait partie du recuil Les nouvelles mille et une nuits dont je n'ai réussi à qu'à trouver un volume, je suis trop triste.

mrs pepys 25/01/2012 18:26



Hé, hé ! j'ai mis la main sur le premier volume des Nouvelles mille et une nuits à la bibliothèque... Je vais pouvoir découvrir cette histoire de diamant.