La vérité sur Gustavo Roderer

Publié le par mrs pepys

            couvroderer.jpgA l'occasion d'une partie d'échecs, le narrateur fait la connaissance de Gustavo Roderer. Fraîchement arrivé dans la ville, l'adolescent lui paraît immédiatement d'une grande intelligence. Cette impression se confirme sur les bancs du lycée, même si Gustavo préfère se plonger dans ses livres plutôt que d'écouter les professeurs. Une forme de rivalité s'installe entre les deux jeunes hommes qui, pourtant, n'ont pas les mêmes ambitions. Quand Gustavo s'escrime, nuit et jour, à élaborer une philosophie révolutionnaire, le narrateur préfère se frotter à la réalité et mettre son intelligence au service d'une découverte du monde. Malgré les années et les épreuves de la vie, les deux jeunes gens continuent de confronter leurs esprits.

 

            Les personnages principaux de ce roman ne reflètent pas seulement deux types d'intelligence, mais aussi deux visions de la vie. Pour l'un, les contingences matérielles et les personnes ne pèsent guère face aux passionnantes abstractions mathématiques et philosophiques. Il préfère se retirer du monde pour se consacrer tout entier aux idées. Ce génie en quête d'un système philosophique exceptionnel se coupe à tel point des autres qu'il ne parvient pas à trouver le moyen d'exprimer sa pensée. Et ce paradoxe le consume lentement. Quant au narrateur, son pragmatisme le pousse à user de ses facultés pour s'ouvrir au monde, à distinguer la perfection du raisonnement mathématique d'une réalité brutale. Il ne renonce pas aux sentiments que lui inspire ce qui l'entoure, et sait faire coexister intellect et sensibilité. En bâtissant son intrigue sur ces deux personnages à la fois si différents et si proches, l'auteur incite à s'interroger sur la nature de l'intelligence, sur sa capacité à rendre heureux. Les passages où il est question de théories mathématiques et philosophiques sont certes un peu arides, mais elles se fondent dans une œuvre captivante, servie par une écriture limpide. Quoique bref, ce roman est extrêmement dense, et se dévore dans une sorte d'apnée. On ne regarde plus le monde avec les mêmes yeux après cette lecture.

 

Merci aux éditions Nil et à Livraddict qui ont permis cette découverte aussi stimulante qu'enthousiasmante.

 

La vérité sur Gustavo Roderer, Guillermo Martinez, 1992.

Commenter cet article

lucie 09/02/2011 10:23



j'ai mis un lien vers ton billet dans celui que je publie aujourd'hui, j'aime beaucoup ce que tu dis de ce roman, un avis proche du mien. 



mrs pepys 10/02/2011 11:40



Je file voir ton billet.



Ys 14/01/2011 08:32



Chouette, il est dans ma PAL ce livre et j'avais déjà grande envie de le lire, tu confirmes.