La chambre des morts

Publié le par mrs pepys

          couvthilliezA la veille de Noël, deux informaticiens ornent de tags virulents les murs de l'entreprise qui les a licenciés. Sur le chemin du retour, Vigo et Sylvain renversent un homme et le tuent. Aux côtés de la dépouille, un sac contenant une petite fortune en billets de cent euros. Ils font disparaître le corps et s'emparent du magot, espérant duper la police. Mais là n'est pas le plus grand danger auquel ils s'exposent : quelqu'un a assisté à leur forfait, la personne à qui était destinée la rançon et qui exécute alors l'enfant otage. Très vite l'enquête policière met au jour de troublants éléments, en partie grâce à la perspicacité du brigadier Lucie Hennebelle. Tags et rapine font pâle figure au regard des monstruosités commises par la Bête.

 

             La proposition de Pimprenelle pour ce mois de février m'est apparue comme une aubaine. Depuis le temps que je croisais, sur les étals des libraires comme sur les blogs, le nom de Franck Thilliez, toujours auréolé de compliments, je me faisais une fête de me colleter enfin à son œuvre. Et c'est sans doute la raison pour laquelle j'ai été si déçue.

             L'intrigue ne m'a guère emballée, ni fait frissonner. Le suspense insoutenable tellement vanté est rapidement éventé  par un prologue qui désigne l'identité du tueur principal et ses motivations. Le propos même de l'histoire est finalement peu original, réutilisant des ressorts et des schémas vus ailleurs. Les fausses frayeurs et les faux espoirs abondent, mais ne trompent guère le lecteur. Qui peut véritablement imaginer que Lucie Hennebelle va se trouver nez à nez avec la Bête quand elle a l'impression que quelqu'un rode autour de chez elle ? Qui peut croire que la première piste que suivent les policiers va les mener directement dans le repaire de la Bête ? Qui se laisse berner par l'enterrement faussement mystérieux qui ouvre le chapitre 45 ? Les ficelles m'ont paru bien visibles dans tous les rebondissements que ménage l'intrigue.

             Mais l'élément qui m'a le plus gênée dans cette lecture demeure incontestablement l'écriture. L'auteur s'emploie à recourir à un style qui ne convient pas réellement au genre. L'utilisation abondante de comparaisons – souvent alambiquées – dans les présentations des personnages et dans les descriptions est particulièrement déplaisante. Le texte manque de naturel. Des propos qui nécessitent de la simplicité, parce qu'ils plantent le décor ou introduisent un personnage, ont le don de créer une forme de ridicule qui dessert l'intrigue et l'ambiance du roman. Deux passages illustrent cette impression : "(…) le lieutenant Pierre Norman fit son apparition. Le visage ombragé par la paille rousse de ses cheveux, la peau ivoirine mouchetée de poussière de feu." ; "Les deux flics remontèrent en moins d'une heure le tape-cul goudronné qui les jeta à la périphérie de Dunkerque. Au nord, les éoliennes brassaient l'horizon d'une rotation agonisante, encerclées par les monstres industriels bouffeurs d'hommes et d'espoir."

             Il ressort clairement de cette lecture que les romans de Franck Thilliez ne répondent pas à mes attentes en matière de thriller, où j'espère un plus grand travail sur la langue comme sur l'intrigue, à la façon d'un R. J . Ellory ou d'un Pierre Lemaître. Le seul aspect qui m'ait véritablement séduite dans La chambre des morts est la manière dont l'auteur présente la famille de Vigo, son enracinement dans la culture ch'ti. Le ton se fait plus tendre, le propos plus authentique. Malgré toutes ces réserves, je comprends toutefois qu'on puisse se laisser emporter par les intrigues de Franck Thilliez. Et j'espère que mes camarades de jeu pour cette découverte auront pris davantage de plaisir à leur lecture.

 

La chambre des morts, Franck Thilliez, 2005.

 

logothilliez

Publié dans policier - thriller

Commenter cet article

Luna 26/08/2011 09:18



J'ai beaucoup apprécié ce livre : l'histoire est simple, horrible mais très prenante ! J'aime beaucoup la façon qu'à Thilliez de nous la raconter, simplement, sans prise de tête.
Une très bonne découverte, donc !

Comme tu aimes les thrillers, je me permets de te prévenir qu'un concours a lieu sur mon blog afin de faire découvrir à l'heureux gagnant Le hameau des Purs, nouveau thriller de Sonia Delzongle.
Peut-être l'occasion de faire une jolie découverte ? ;)



Stephie 13/03/2011 11:12



J'avais davantage aimé l'autre roman que j'ai lu de lui. Celui-ci ne m'a pas emballée.



mrs pepys 13/03/2011 11:35



Il faudra peut-être que je retente la chance avec cet auteur, alors.



lasardine 23/02/2011 23:23



ah zut, c'est dommage! mais bon, on ne peut pas avoir un coup de coeur à chaque fois!



mrs pepys 25/02/2011 10:27



N'est pas Marie-Aude Murail qui veut, pour susciter une avalanche de coups de coeur.



Noukette 23/02/2011 01:30



ça ne peut pas marcher à tous les coups... Dommage pour ce rendez-vous manqué !



mrs pepys 25/02/2011 10:26



Je m'en remettrai. Et tant mieux si les autres lecteurs y ont troivé leur compte.



blueverbena 22/02/2011 21:14



Dommage qu'il ne t' aie pas plu; il en faut pour tous les gouts: j'ai vraiment beaucoup aimé; J'adore Lemaitre et vais découvrir Ellory sous peu ;)



mrs pepys 25/02/2011 10:25



Maintenant, je suis fixée, et l'on ne me reprendra pas de sitôt à aller piocher dans la bibliographie du monsieur.


Bonne lecture avec Ellory !