L'Evangile selon Pilate

Publié le par mrs pepys

 

            couvschmitt.jpgCet évangile ne déroge pas à la règle : il raconte la vie de Jésus, et les jours qui ont suivi sa mort, puis sa résurrection. Ce qui change, c'est le point de vue. La première partie du roman est le récit, fait par Jésus lui-même le soir de son arrestation, de sa jeunesse et surtout de la métamorphose qui s'opère pour lui faire prendre conscience qu'il a un rôle à jouer au nom de Dieu. Ces quatre-vingts premières pages montrent un homme qui découvre peu à peu et douloureusement qu'il ne maîtrise pas vraiment son destin, qu'il ne peut être comme les autres et qui se résigne à accomplir ce qu'on attend de lui.

            La seconde partie de l'œuvre est constituée de la correspondance adressée par Ponce Pilate, gouverneur de Rome en Palestine, à son frère Titus. Il s'efforce de faire, chaque jour, un bilan des événements, sans omettre ses doutes, ses craintes et ses espoirs. Ces récits concernent les journées qui suivent la crucifixion de Jésus : Pilate cherche à élucider la mystérieuse disparition de son cadavre, puis à donner une explication raisonnée des apparitions de Jésus. Il aborde cette tâche inhérente à sa fonction comme une enquête de police, puis comme un casse-tête logique.

 

             Le point commun entre les deux parties du roman, c'est le doute qui taraude les deux protagonistes. Jésus (Yéchoua dans le texte) avance pas à pas, s'interroge sans cesse sur le bien fondé de son action, sur sa légitimité. Il est présenté comme un homme humble, prêt à défendre ses convictions quoiqu'il en coûte. De son côté, Pilate ne parvient jamais à se faire une opinion assurée au sujet de Jésus. Il respecte sa sagesse d'homme mais ne peut se résoudre à laisser les foules s'exalter après sa résurrection. Il lui faut maintenir l'ordre à tout prix, et donc trouver une explication logique à cette succession d'événements improbables pour un esprit romain, doté d'un bon sens nourri de philosophie grecque. Pourtant à chaque nouvelle étape de l'enquête, il doute un peu plus de ses certitudes et se surprend en flagrant délit d'empathie pour ceux qui commencent à se faire appeler chrétiens. Cette évolution dans le personnage de Pilate, liée à la forme épistolaire, qui ne manque pas de rappeler les Lettres à Lucilius, est sans doute le plus intéressant dans l'œuvre. Certes le propos d'Eric-Emmanuel Schmitt est bien documenté (on retrouve de nombreux passages connus des textes bibliques) et son style est agréable à lire, mais ce qui reste le plus troublant est la transformation qui s'opère chez Pilate. On apprécie également son regard de Romain sur la Palestine, la confrontation de deux cultures et deux états d'esprit foncièrement différents. On entrevoie enfin les fissures qui se forment dans un empire romain pourtant à l'apogée de sa puissance. Petit bémol néanmoins, l'humour graveleux (incarné par le personnage de Craterios) qui, de temps à autre, vient briser la réflexion. Il était loin d'être indispensable d'introduire un ressort comique dans ce roman, et l'on est satisfait lorsqu'enfin Pilate renvoie ce personnage inutile.

 

            Sans être un chef d'œuvre, L'Evangile selon Pilate est un roman qui se lit avec plaisir, et qui m'a permis de découvrir agréablement Eric-Emmanuel Schmitt. D'autres lectures suivront, à commencer, dans des délais assez brefs, par La part de l'autre.

 

            Cette lecture orchestrée par Pimprenelle est aussi l'occasion d'atteindre le cap des cinq ouvrages dans mon challenge Livraddict, ce qui marque la moitié du chemin à parcourir.

 

L'Evangile selon Pilate, Eric-Emmanuel Schmitt, 2000.


logo schmitt


Commenter cet article

Ys 12/08/2010 09:19



J'ai lu ce livre il y a peu pour tenter de me réconcilier avec cet auteur, eh ben ça n'a pas marché. Décidément, je ne l'aime pas du tout cet EE Schmitt !



mrs pepys 12/08/2010 10:24



Comme c'est difficile de se réconcilier avec un auteur ! Heureusement qu'il existe une foultitude d'autres choix pour se consoler...



Véro. 26/07/2010 20:13



J'ai bien aimé ce roman...



mrs pepys 27/07/2010 10:47







lasardine (la ronde des post-it) 20/07/2010 23:37



j'ai également l'intention de découvrir ce titre!!


 


bonne lecture avec "La part de l'autre", c'est un livre qui m'a beaucoup, beaucoup plu!



mrs pepys 26/07/2010 18:32



Encore une convaincue par La part de l'autre, il faut décidément que je m'y plonge sans délai.



sofynet 20/07/2010 16:20



J'ai beaucoup aimé ce livre, qui peut prêter à réfléchir. Une belle découverte !



mrs pepys 26/07/2010 18:31



Une belle entrée en matière dans l'oeuvre d'Eric-Emmanuel Schmitt.



Stephie 20/07/2010 13:28



Lu il y a deux ou trois ans, j'avais beaucoup aimé !



mrs pepys 26/07/2010 18:31



Tu as toujours une longueur d'avance, voire deux ! Dur, dur de te faire découvrir des titres, ô grande dévoreuse !