HTTP : // Avez-vous déjà lu un blog ?

Publié le par mrs pepys

couvVentana

Si la quatrième de couverture laisse à penser que l'on s'apprête à s'abîmer dans une réflexion sur les pratiques d'Internet ("Un cinquième pouvoir qui ouvre de nouvelles perspectives et nous incite à réfléchir par nous-mêmes, avant que d'autres ne le fassent à notre place"), et en particulier celles des blogs, un petit coup d'œil sur le sommaire, rebaptisé "Navigation", introduit un doute.

 

Finalement, point de grande théorie sur l'Internet, mais plutôt une séance de travaux pratiques sur ce que peut apporter ce nouveau mode d'information. Cet ouvrage au titre surprenant est un recueil de vingt-deux chroniques de l'auteur sur un blog qui dépend d'un grand quotidien gratuit.

 

L'ensemble est organisé en quatre thèmes ("Femmes improbables", "Eternel", "Pourquoi eux ?", "Sociologie"). A mes yeux, ce sont davantage deux principales catégories de textes qui se dégagent : d'une part, les billets qui traitent de culture générale, dans une acceptation très large du terme, et d'autre part, ceux qui abordent ce que l'on nomme trivialement des sujets de société.

 

Les premiers sont plus que plaisants à lire. Ils sont documentés, bien construits et truffés de références précises, parfois même bibliographiques. Parmi ces textes, on trouve des biographies (des femmes telle Alexandra David-Néel, des personnages plus que connus comme Jim Morrison, mais aussi un poète médiéval  - Omar Khayyâm – auquel Amin Maalouf a consacré un ouvrage), des retours sur la mythologie antique ou encore une description historique des rues de Paris. Ces billets nourrissent la culture du lecteur ou éveillent les souvenirs de lectures antérieures. Ils incitent à aller voir davantage par soi-même et illustrent ce que l'on attend souvent d'Internet, à savoir l'accès à des connaissances nouvelles.

 

En revanche, les textes qui proposent une réflexion sur des thèmes de société sont plus rébarbatifs. Ils s'efforcent d'organiser les poncifs sur chaque sujet (l'alcool ou  l'amour pour n'en citer que deux). Le ton est plus moralisateur, parfois un peu larmoyant, le style moins incisif. On se prend à compter le nombre de pages restant avant la fin de cette resucée des discours maintes fois entendus à la radio ou lus dans les journaux. Et c'est là que la mansuétude du lecteur s'effrite. Alors il repère mieux ce qui nuit à la qualité des textes, les fautes d'orthographe ou de syntaxe qui sont un peu nombreuses. Il est par exemple dommage qu'une réflexion bien menée sur la religion soit desservie par l'oubli récurrent de la majuscule au mot Eglise, lorsqu'il désigne l'ensemble des fidèles ou les autorités ecclésiastiques catholiques - alors qu'avec une minuscule le même mot désigne le bâtiment religieux.

 

Malgré ces imperfections ponctuelles, la lecture de cet ouvrage laisse une impression générale satisfaisante. On se souvient davantage de la mise en perspective historique du jeu de Go ou de la réhabilitation d'Immanuel Velikovsky que de la litanie sur "les plus malheureux que nous". Et il ne serait pas étonnant que le lecteur se laisse tenter par un détour sur le blog de l'auteur, histoire de découvrir d'autres de ses chroniques.


Tous mes remerciements aux éditions Kyklos et à Livraddict pour le partenariat qui a permis cette lecture.

 

HTTP : // Avez-vous déjà lu un blog ?, Frankie Ventana, 2009.

Commenter cet article

Marieke 08/03/2010 11:28


Impressionnant cet échange!! Je ne peux m'empêcher de réagir. Au moins, on peut dire que voilà une maison d'édition qui défend ses auteurs! et qui croit en eux! Pour ma part,l'impression première
en lisant ce billet est positive, je ne vois aucun mépris. C'est mon impression de simple lectrice de blog qui découvre un nouveau livre d'une jeune maison d'édition. Je suis absolument sûre que
c'est l'avis de la plupart des lecteurs, donc, il n'y a pas de problème!!!
On ne peut pas forcer quelqu'un à encenser un livre, chacun a ses goûts particuliers, l'aurait-on oublié? A mon avis, donner un avis sincère et quelquefois sans concession sur un ouvrage, est la
preuve de la confiance à priori qu'on peut avoir sur la qualité du travail d'une maison d'édition, aussi petite soit-elle.
Les partenariats sont des opérations de communication et nous ne pourrions pas , d'un point de vue éthique, nous contenter des maisons qui ont pignon sur rue. Et qui est assez bête pour penser
qu'elles seules ont le monopole des bons livres?
Quant aux coquilles,elles sont tellement fréquentes chez les "gros" éditeurs que, tout en les relevant, plus personne sur les blogs littéraires ne considère cela comme rédhibitoire!!


Kika 07/03/2010 18:47


Vous savez je vais faire simple et direct sans pour autant blâmer quelqu'un :

Tout cela est insensé. Tout le monde s'énerve et en fin de compte personne n'apprend de ses erreurs. Alors faut comprendre que on peut ne pas aimer voir des fautes, mais on peut aussi ne pas aimer
qu'on nous le signale alors qu'on a pas toujours l'occassion ou le temps de faire vérifier cela!

Que se soit pour l'un faut accepter la critique et en tirer le meilleur, que se soit pour l'autre il faut comprendre l'explication et la raison de la colère de l'autre. Voilà les deux parties on
raison et tort à la fois!A vous de deviner à qui la remarque est destinée.

Personnellemnt se disputer pour une bête majuscule est idiot et ça en vient à prouver la première phrase de Virginie, les hommes peuvent se faire la guerre pour une majuscule...

Avec toute ma sympathie Kika


Kyklos Editions 07/03/2010 16:45


Message de Jess sur « impression des éditeurs » 29 janvier 2010

Je viens de recevoir un petit message de Virginie Carbuccia des Éditions Kyklos que nous souhaitons partager avec vous

Jess,

(...)

En tout cas, vous faites un boulot formidable ; dans l'ensemble, vos blogueurs sont des gens étonnants, avec une grande ouverture d'esprit et le site est vraiment bien foutu, d'ailleurs, c'est
grâce à ça que nous avons pu suivre les tribulations des titres proposés. Comparé à d'autres sites du genre, vous êtes largement au dessus en management ; en plus, vous faites la part belle aux
éditeurs, et ça sur la toile du web, c'est précieux pour des gens comme nous.

Virginie.

Message de Taliesen – 29 janvier 2010

En tout cas, c'est cool, surtout quand on sait le nombre de critiques plutôt négatives sur "Je sauverai le monde" (en plus ils ont laissé un petit mot sur chaque blog, toujours gentil même quand la
critique était négative). Et c'est super qu'ils disent que Livraddict est mieux que les autres sites, même en faisant pas partie de la team, on se sent un peu flatté


djak 07/03/2010 15:40


Il me semble que c'est en écoutant les critiques de ses lecteurs, bonnes ou mauvaises, qu'un éditeur se les fidélise, non pas en montant au créneau de manière si exagérée et infondée.
Tout comme stephie, je n'ai absolument pas envie de lire quoi que ce soit venant de votre part. Vous desservez vos auteurs.


Kyklos Editions 07/03/2010 14:06


Ah, il nous manquait votre avis, cher Monsieur ! Comme je l'ai dit un peu plus haut, j'ai eu l'occasion de constater d'énormes fautes et coquilles sur des ouvrages édités par de grosses maisons
d'édition mais cela ne semble pas interpeler les lecteurs ; j'ai un peu de mal avec le côté "deux poids, deux mesures".
Nous avons été sollicité pour un partenariat avec vous tous, membres de Livraddict ; nous avons été attentifs à vos billets, critiques, avis, etc... Nous avons pris la peine de répondre à chacun
d'entre vous, ce qui n'est pas le cas de tous les éditeurs. Ai-je fait allusion à vos fautes, coquilles et autres... ? Non ! Ce qui prime avant tout est l'avis du lecteur, le fond de son analyse,
car comme je l'ai déjà dit, à la fin, c'est lui et lui seul qui décide.
De plus, vous devez comprendre l'effort financier que nous concédons lorsqu'il s'agit d'envoyer tant d'exemplaires, effort qui n'est pas de même nature que certains maisons pour lesquelles donner
une dizaine d'exemplaires n'a aucune incidence sur leur trésorerie. Nous avons voulu vous faire découvrir des titres différents de ce qui est publié généralement, c'est là que réside mon envie de
partager avec vous nos découvertes, et non me retrouver un dimanche à devoir expliquer pourquoi je suis tant agacée. Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Si vous vous intéressez
vraiment aux livres, peut-être devriez-vous aussi vous intéresser à ceux qui les publient.
Le débat, pour ma part, est clos.
Bonne dimanche à tous.