Elémentaire, mon cher Watson !

Publié le par mrs pepys

couvelementaire

 

     Comme l'indique le sous-titre, cet ouvrage rassemble "douze enquêtes policières résolues grâce à la logique, aux mathématiques et aux probabilités". Un sujet alléchant de prime abord, surtout quand on apprécie les personnages d'Arthur Conan Doyle. Pourtant, au bout de quatre enquêtes et de quatre-vingt quinze pages, j'ai jeté l'éponge.

 

      Sherlock Holmes, le docteur John Watson et leur logeuse, Mrs Hudson, sont bien présents. La structure des intrigues s'inspire de celles de Conan Doyle. Cependant les personnages sont caricaturés. Watson semblerait pour un peu n'être qu'un sombre crétin, dont Sherlock Holmes ne cesse de se moquer, avec une méchanceté proche du mépris. Mais là n'est pas le plus pénible dans cette lecture. Ce qui m'a véritablement rebutée, c'est l'omniprésence des mathématiques, qui nécessite une concentration permanente. Au lieu de prendre plaisir à la lecture, de se laisser porter par l'histoire et d'attendre les déductions d'Holmes, le lecteur se crispe sur les démonstrations mathématiques, plutôt ardues et illustrées de moult schémas et elementaire.jpggraphiques. Tout cela est bien plus mathématique que policier, et l'univers de Conan Doyle apparaît comme un prétexte à ces exercices mathématiques. D'ailleurs, dans les quatre histoires que j'ai peiné à terminer, le dénouement de l'intrigue est souvent bâclé, remisé au second plan derrière le triomphe de la logique mathématique.

    

 

 

     Passez donc votre chemin, amateurs de Sherlock Holmes. Cet ouvrage est davantage réservé aux passionnés de problèmes mathématiques.

 

Elémentaire, mon cher Watson !, Colin Bruce, 2001.

 

star-4

 

SSHD2

Commenter cet article

Matilda 03/06/2012 11:55


J'ai abandonné au bout de la première nouvelle... le style m'a gonflé, l'idée est intéressant mais Sherlock devient seulement un pretexte, et puis je ne le vois pas résoudre les énigmes ainsi qui
ne sait même pas que la Terre tourne autour du soleil...

Enigma 04/05/2012 15:33


Beurk des maths!!

mrs pepys 04/05/2012 21:46



D'habitude, j'aime bien les maths en littérature, comme dans Mathématique du crime, de Guillermo Martinez, mais là, je partage ton point de vue.



L'irrégulière 04/05/2012 10:34


Mathématiques = je fuis. ça me fait penser à la série Numbers à laquelle je n'ai jamais rien compris !

mrs pepys 04/05/2012 21:43



La série Numbers est une abomination, et ces nouvelles m'y ont fait penser aussi. Tu peux passer ton chemin.



Ys 03/05/2012 17:22


Les maths et moi, on est fâchés depuis que j'ai buté sur la table des 8. Je passe sans regret :-)

mrs pepys 04/05/2012 21:43



La table des 8 risque d'être un peu juste pour se plonger dans les probabilités...