Comme à Hollywood

Publié le par mrs pepys

            couvpouzolComme à Hollywood est un roman dans lequel le lecteur se trouve projeté plus qu'il n'y entre. Dès les premières pages, c'est le Hollywood trash des magazines qui saute au visage sans ménagement. Le décor est planté, et l'histoire d'amour qui se dessine ensuite ne parvient jamais à effacer cette première impression – ce qui peut sembler de mauvais augure pour les amoureux. Le cœur de l'intrigue est en effet la rencontre entre une jeune et jolie danseuse parisienne et un acteur américain au faîte de sa gloire et de sa sexitude. Entre jalousie de l'ex-épouse et cabales journalistiques, la romance est malmenée. Quand s'y ajoute le mal-être du héros, qui se soigne à coup de whisky et de petits cachets multicolores, rien ne va plus.

 

            Camille Pouzol s'efforce ici de montrer que, derrière les paillettes, la vie de star est une véritable sinécure. C'est du point de vue du héros qu'est racontée chaque étape d'une histoire d'amour qui fait ressurgir les blessures de l'enfance. Pour rendre compte de la détresse de ce personnage, l'auteur adopte un style souvent saccadé, où les accumulations et les virgules sont légions. Choix pertinent de prime abord, mais qui rend la lecture parfois pénible. Le point de vue unique participe également de la difficulté à éprouver une quelconque sympathie pour un acteur capricieux, totalement coupé des réalités du monde. On aurait bien envie parfois de le gifler, plutôt que de le plaindre. Quant aux descriptions des cérémonies de récompense ou des soirées entre VIP, même si elles se veulent critiques et désabusées, elles ne parviennent pas à attendrir le lecteur, tout juste à l'agacer. Le propos oscille entre éreintement de l'univers hollywoodien et apitoiement sur ces pauvres stars, sans prendre de position tranchée.

 

            Ce roman devrait plaire à celles et ceux qui ne savent résister aux sirènes d'Hollywood. N'ayant jamais vraiment compris l'intérêt, voire l'admiration, que l'on pouvait éprouver pour les vedettes de cinéma, il est peu probable que cette œuvre, sans être foncièrement désagréable, me laisse un souvenir durable.

 

Je remercie Livraddict et les éditions Robert Laffont qui ont permis cette lecture.


Comme à Hollywood, Camille Pouzol, 2010.

Commenter cet article

Gwenaelle 27/06/2010 20:05



Encore un livre qui n'est pas pour moi... D'une certaine façon, ça m'arrange!



mrs pepys 27/06/2010 20:34



Une histoire de PAL, non ?



juliette 27/06/2010 18:48



Ca peut peut-être guérir un fantasme georges Clooney... Mais ai-je envie de guérir?



mrs pepys 27/06/2010 20:34



Un remède anti-Clooney ? qui en voudrait ?