Bar Flaubert

Publié le par mrs pepys

couvbarflaubert     Certains livres rejoignent la PAL sur un coup de tête, après la lecture d'un bon billet sur un blog ou après une critique séduisante à la radio ou à la télévision. Et puis ils ne font plus guère envie, et ils demeurent dans la PAL. Bar Flaubert faisait partie de ces livres. Il a émergé de ma PAL un jour où j'étais d'humeur audacieuse, et bien m'en a pris.

 

     Journaliste free lance en mal d'inspiration, Yannis Loukas passe aussi beaucoup de temps à aider son écrivain de père dans la rédaction de son autobiographie. Il est entre autres chargé de faire le tri dans son abondante correspondance. C'est ainsi qu'il met la main sur un manuscrit refusé et critiqué avec véhémence par son père, Bar Flaubert. Le texte est court mais il intrigue Yannis, à tel point que celui-ci décide de se lancer sur les traces de l'auteur, Loukas Mattheou, qui semble s'être volatilisé. Commence alors une expédition qui le mène aux quatre coins de l'Europe, ainsi qu'au plus profond de lui-même.

 

     Le rythme des premières pages est assez lent, et l'on peine à s'enthousiasmer pour les aventures de ce presque quadragénaire au cœur des nuits athéniennes. Même les premiers extraits de Bar Flaubert n'éveillent pas un intérêt particulier, desservis par un style haché. Mais dès lors que Yannis décide de mettre la main sur Loukas Mattheou, l'intrigue se mue en une enquête, où l'anecdotique se mêle aux références historiques, littéraires et culturelles. Le personnage lui-même semble transfiguré. Le décryptage du texte de Bar Flaubert, qui devient la feuille de route destinée à conduire Yannis jusqu'à son auteur, relève du jeu de piste. Alexis Stamatis nous épargne les rebondissements rocambolesques, et préfère accorder à son héros l'aide de personnages secondaires, plus ou moins bienveillants. Il est peut-être dommage que le dénouement reste trop hermétique, faisant mine de ne lever qu'à moitié le voile sur certaines des révélations finales, pourtant suffisamment évidentes pour le lecteur les ait anticipées.

     En somme, un roman qui vaut mieux que sa quatrième de couverture ne le laisse imaginer.

 

Bar Flaubert, Alexis Stamatis, 2000.

Commenter cet article

L'irrégulière 05/06/2012 10:28


oh, je note parce que c'est le genre d'histoires qui m'interpellent !

mrs pepys 14/06/2012 13:11



Dans ta LAL à rallonge, avant de rejoindre ta PAL sous contrôle.



Karine:) 05/06/2012 02:43


Moi qui cherchait justement de la littérature grecque il y a peu... je prends ce etitre en note. 

mrs pepys 14/06/2012 13:11



Et cela te permettra de voyager à travers l'Europe à moindres frais ...