1Q84 - livre 2 (juillet-septembre)

Publié le par mrs pepys

           couv1Q842 Sans fioritures inutiles, le récit reprend là où il s'était suspendu au terme du premier volume. Tengo, toujours professeur de mathématiques, assiste au succès de La Chrysalide de l'air et à l'agitation née de la disparition de Fukaéri. La monotonie de sa vie est cependant brisée par l'étrange proposition d'une société qui se veut l'amie des lettres. Il semble s'être trop approché, en collaborant avec Fukaéri, des Précurseurs et des Little People. Des communications téléphoniques déroutantes et des disparitions inattendues le mettent sur ses gardes. Il comprend que sa vie ne sera plus jamais la même, et découvre, comme Aomamé avant lui, que le monde se transforme. On retrouve la jeune femme à l'aube de sa dernière mission pour la vieille dame. Elle aussi se rapproche dangereusement des Précurseurs et est privée de ses proches. Sa vie s'apprête à basculer de manière définitive.

 

            L'été de l'année 1Q84 est marqué par des événements décisifs. Si la première partie est davantage consacrée à une introspection des personnages principaux, le rythme s'accélère à la fin du volume. Tengo comme Aomamé s'interrogent sur leur place dans ce monde, sur le poids du passé et des choix qu'ils ont faits. Tous deux ne cessent de revenir sur les sentiments qu'ils entretiennent pour l'autre, sans s'être jamais revus. A l'un comme à l'autre, des tiers assurent que ces sentiments sont réciproques. On sent la distance qui les sépare s'amenuiser, et on espère.

            On ne s'ennuie pas à la lecture de cette deuxième étape de la trilogie, mais il est manifeste que l'auteur reprend son souffle, qu'il cherche à tenir le lecteur en haleine pour un dénouement magistral dans le dernier volume (à paraître l'an prochain seulement !). D'aucuns estimeront que l'histoire s'enlise ou se répète. Si redites il y a, c'est surtout un moyen pour les personnages de se rassurer, de s'ancrer dans une réalité qui semble s'évanouir. Le lecteur peut se réjouir une fois encore devant certaines trouvailles comme la nouvelle de la ville des chats, qui fascine Tengo, ou le coup de dés d'Aomamé dans le dernier chapitre qui lui est consacré ici. Le personnage de Fukaéri s'étoffe à mesure que la lumière se fait sur les Little People et le Leader des Précurseurs. Celui de Tamaru s'humanise, tandis que la vieille dame paraît affaiblie.

            Moins palpitant certes que le premier volume, celui-ci n'en demeure pas moins agréable à lire. Il tempère autant qu'il excite les attentes, approfondit et dramatise l'intrigue, instille un peu plus d'éléments fantastiques. L'impatience de découvrir le fin mot de l'histoire torture le lecteur, qui toutefois garde à l'esprit qu'il est préférable d'attendre un peu plus s'il souhaite profiter d'une traduction de bon aloi.

 

1Q84, tome 2 - juillet-septembre, Haruki Murakami, 2009.

 

Merci, Mélanie !

Commenter cet article

Noukette 07/11/2011 16:27



J'ai adoré le tome 1, j'ai déjà acheté celui ci mais je pense que je vais attendre un peu avant de me lancer dans cette lecture... C'est qu'après il faut attendre mars ! :-(



mrs pepys 07/11/2011 19:15



Eh oui ! mars, c'est encore loin...